Sept révélations about me

Publié le par Stella

Chépu qui, plein de gens en fait :-)  m'ayant refilé le bébé, il faut que je vous révèle des trucs sur Mouah. Et pas un, mais sept. Bon, alors du coup,

# 1 : (roulement de tambour)  Mon chiffre préféré est le sept. C'est un chiffre magique. Ce n'est pas la raison pour laquelle il est mon préféré, à  vrai dire il n'y a pas de raison, c'est comme ça lalalalalaaaa. D'ailleurs, cette liste est de sept révélations, comme les sept nains (bourrés ou pas, c'est la mêmeuh)(zut on avait dit "pas de politique" ^___^) , les sept péchés capitaux, et leur contraire les sept vertus, les sept fléaux d'Egypte, les sept merveilles du monde qu'on sait même pas à quoi ressemblaient certaines, les sept fois où il faut tourner sa langue dans la bouche (avant de parler of course, faut suivre).

# 2 : Quand j'étais petite, j'étais fascinée par les nuages. Cieli toscani en général. Avec mon petit appareil photo, j'ai fait au moins un millier de photos de ciels de diverses teintes de bleus, de blancs, de roses. Et de nuages sous toutes leurs formes, toutes leurs variations. Des cumulo gris perle, des stratus d'un blanc étincelant, aux teintes purpurines dans la lueur du soleil levant.  Et puis j'ai appris que, sans pellicule dans l'appareil, aucun de mes nuages n'était immortalisé. Mais ils sont imprimés dans mes âme, c'est l'essentiel. Et parfois, quand ça ne va pas, je regarde la course des nuages. Apaisant... ;-) Et ces prochains jours, je part à la recherche d'un APN brand new, et je ferais à nouveau tout plein de photos du ciel, que je pourrais consigner dans mon pc (et vous en coller quelques unes de temps en temps)(si vous survivez à ma cielophilie ^^)

# 3 : L'école et moi, ce ne fut pas un coup de foudre. On s'est jaugées, enfin surtout moi, et puis l'amouuuur est venu petit à petit. J'étais bonne élève, mais dissipée et bavarde (qui a dit "nooooon"?= tu sors ! :-D)En fait, c'est la loi du mauvais départ qui s'est appliquée : arrivée au CP, because le come-back en France ; j'ai pas encore mes six ans. Je sais lire en français et en italien depuis mes cinq. C'est mon papa qui m'a appris ;-)  Et mon grand-père, qui, tout ouvrier fut-il, n'en est pas moins toscan et comme tout toscan qui se respecte connaissait des passages de la Divina Commedia de Dante par coeur. Forcément, pour l'instit, je dérange, pi son père il est ouvrier, ben du coup comment qu'il lui a appris, hein? Et elle est bilingue de surcroit !!   L'instit me haïra jusqu'à la fin de l'année scolaire (je ne l'ai plus eue après, ouf !) et si je me rappelle de son patronyme, sa physionomie m'échappe. Cependant, si son visage est un trou noir, je distingue clairement son rouge à lèvres rouge agressif et ses ongles peints de la même couleur. J'ai une aversion pour le vernis rouge et le rouge rouge. Autant je peux trouver ça classe sur certaines nanas, autant JAMAIS de rouge sur moi (c'est pourtant une couleur que je porte souvent, mais pas en maquillage non mais ! )

# 4 : Je ne sais pas découper. Invariablement, y a quelque chose qui cloche et le ciseau dérape de la ligne. Cela peut venir du fait que je n'ai pas fait de maternelle, qui sait. En tout cas, il m'arrive de trouver des explications rationnelles à cette voie de faits : genre j'empoigne l'ustensile, j'empoigne la feuille, et là...J'entends des rires étouffés, voire francs (ça dépend de qui il s'agit) genre, "MDR ça va être une pêteriiiiie", et du coup je ris aussi, et ne distingue plus les traits sur la feuille. Saleté de gens. Il est arrivé, une fois, alors que j'assistais à un cours de Gren (j'suis l'année "au-dessus"), Opti, Alice, Marj' et le reste de la smala, de trouver des imprimés sur les tables de l'amphi représentant une main tendue 

 et je me lance, avec Opti, dans le découpage de mains. A peine ai-je farfouillé dans ma trousse pour en extraire les ciseaux, Gren explose de rire. Toute la rangée se paie un fou rire, certains par effet papillon plutôt qu'en connaissance de cause. On a frôlé l'ejection de cours, d'autant plus que le prof n'était pas un marrant mais alors paaaas du tout ;-D

# 6 : J'écris. De tout, de rien. Je n'ai jamais été publiée, parce que pour l'instant c'est un choix. Il m'est arrivé un truc trop louche une fois ; j'avais une idée de roman, j'ai écrit la trame, définit l'histoire. Je n'en ai parlé qu'à Gren. Longtemps après, alors que j'avance doucement mais sûrement (je suis sur plusieurs projets à la fois, ceci expliquant cela), un samedi soir, je rentre pas trop tard et, forcément, je regarde Tout le Monde en Parle. Et sur le plateau, un écrivain, qui a eu une idée hyper originale, nouveauté, renouveau, bref tout nickel. Sauf que c'est mon idée. Je me suis demandé si j'avais entendu parler de cela et qu'inconsciemment j'ai été influencée, mais non, impossible, tu vas pas clamer tes idées sur les toits avant qu'elles ne prennent forme livresque, il n'en a donc pas parlé avant qu'il soit publié. Ai-je eu la primeur de l'idée ? Nul ne sait, et ce n'est pas une question à se poser. Question de salubrité mentale, je dirais ;-) C'est comme ça, point. Je l'ai vachement mal vécu, n'ai pas écrit pendant un moment. Refusé de lire le roman, oublié jusqu'à son titre, son auteur. Autre répercussion : je copyrighte toujours, certains textes de ce blog le sont, pas tous, je ne vous dirais pas lesquels ;-) Et je suis assez intolérante là-dessus, ami(e)s ou pas. C'est passé, mais je garde le manuscrit sous le coude, si un jour il me vient à l'esprit de le retravailler...

 

# 7 : Des fois, je suis une catastrophe ambulante. Là, je suis dans une de ces périodes!! Pas plus tard que hier, j'ai voulu ranger les tomates dans le frigo. Bon j'ouvre la porte, je flanque les tomates dans le bac, je referme celui-ci. Ma main gauche entame le mouvement de fermeture de la porte quand je réalise que je n'ai pas assez fermé le bac. Je me penche, le ferme. Problème : ce faisant, ma main gauche c'te co*** continue de fermer la porte ! Du coup en me relevant, baaam ! L'angle du frigo incrusté dans la tempe gauche. Me voilà avec un joli bleu qui de rouge a viré jaune, pour le moment. En attendant piiiire ;-)

Vouali voualou, comme d'hab je ne refile à personne, qui le veut la fait ! (mmm, est-ce bien french cette phrase? Greeeeen, pourquoi tu déserteuh ?) 

 

Publié dans Stella's world

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Toi aussi tu aime le 7 ^^<br /> Je l'adore mais mon numéro fétiche reste le 3 :D
Répondre
S
Lol la dernière fois que j'ai joué à un jeu de grattage, j'ai gagné 10 euros et c'était un 3, donc vouiii je les aime aussi ;-) Des news de tes exams?
T
OK<br /> 7 révélations qui pour moi sont des révélations même si certaines je l'ai connaissais d'autre je les connaissais moins.
Répondre
S
:-) Ca fait bizarre une fois écrites, hein ? Enfin bon, toi au moins tu ne peux pas critiquer mes compétences en découpage, je me rappelle pas avoir martyrisé une paire de ciseaux devant toi....
R
Pour faire souffrir le frigo ? Un camembert qui a fait le trajet à pieds ! ^^
Répondre
S
Pas bête, pas bête... Ou piiiiiiiire : du munster fermier hihihi ;-D Va crier grâce le frigo tu vas voir !
P
Ah i cieli Toascani !!!<br /> Très sympathiues tes réponses au questionnaire.<br /> Bonne soirée, A Paris c'est le déluge...<br /> Ciao
Répondre
S
Incomparables n'est ce pas? ;-)  Ici c'est orageux, averse en fin d'après-midi, là ça tonne au loin et ça se rapproche... Bacioni !
R
Pliée !! Le frigo dans la poire ! Aie j'ai mal aux côtes !! Pardon, pardon...<br /> <br /> Le coup du découpage c'est pas mal non plus ! Bon allez, j'avoue, je ne suis pas mieux, je suis même carrément pire. ^^<br /> <br /> Bon, allez, je le fais.
Répondre
S
 C'est pas chââââritable de se moquer de mon p'tit n'oeil tout jaune Rosa voyons ! NAN, je te pardonne pas. D'ailleurs, j'ai décidé de le faire souffrir le frigo, en représailles, mais pas d'idées pour l'instant ; une suggestion ? <br /> Je reviens de te lire ;-) <br /> Bises