La lucchesia, Terra di Storia e d'Arte

Publié le par Stella

Pour commencer cette semaine en beauté, situons un peu les choses. La Toscane est une région du centre de l'Italie, et, en toute objectivité - puisque la question fait l'objet d'un sondage annuel et qu'au fil des ans la réponse est immuable - la région la plus belle du pays et le cadre de vie rêvée.

Je vais surtout m'attarder sur la province qui est la mienne, la Lucchesia.

Comme son nom l'indique, la Lucchesia se traduit par la Province de Lucca (ou Lucques comme on dit en français, mais j'aime pas alors non.) Pour les infos inutiles, le numéro de code postal est le 55, la province compte 375 496 habitants. Il y fait toujours beau, même quand il pleut.

Elle se compose de 35 communes, dont la mienne et celle de Paola.

Bien avant l'essor de Florence, dès le Haut Moyen-Age, Lucca était un grand centre politico-administratif , et n'avait pour rivale dans la région que Pise. On a trop tendance à tout ramener à Florence, mais je vous parle d'un temps où les Médicis étaient encore dans les limbes et où Lucca triomphait.

On ne peut situer clairement la date de fondation de la cité. Lucca dérive de "Luk" qui signifie, dans la langue des celto-etrusques, "lieux marécageux entourés d'eau". Et pour cause: la ville se situe sur une plaine alluviale du Serchio.

180 ans avant JC, Luk devient Luca : elle est annexée à l'Empire Romain. Et de village elle devient une petite ville fortifiée. Elle saura tirer parti de sa position, puisque de colonie elle acquiert le statut de Municipium, statut de droit romain qui lui permet de s'autogérer.

Piazza dell'Anfiteatro, qui a gardé la forme caractéristique de coquille de l'amphithéâtre romain

Après, il  lui arrive plein de trucs, en tout cas à la chute de l'E. Romain, elle tombe sous domination lombarde et prend son nom définitif. Le peuple lombard parait pas très catholique comme ça, mais en réalité il l'est et puisque Lucca est capitale de ce qu'on appelle pas la Toscane mais le duché de Tuscia, ces croyants fervents font bâtir de nombreuses églises, dont la Cathédrale San Martino (588) ; Lucca est d'ailleurs surnommée la ville aux 99 églises, il n'y en a pas autant, mais tout de même. (D'ailleurs un documentaire de "des racines et des ailes" sur France 3 était baptisé : "la ville des 100 églises à l'intérieur de ses remparts") La plupart ne sont plus consacrées.  La cité acquiert de plus en plus de poids politique et à la fin du X° siècle elle est capitale du Marquisat de Toscance. (En attendant, Florence n'est que peu de chose et Pise non plus mais s'en sort déjà mieux. La rivale du moment, c'est Barga.) 

Le début du XI° siècle voit le déclin et la dissolution du Marquisat, qui s'accompagne d'une montée en puissance de ses cités. Ainsi, Lucca est fort prospère, elle frappe sa propre monnaie et devient un état à part entière : la Commune, dès 1119. Ce régime fonctionnera sans heurts jusqu'à l'aube du XIV° siècle.

Oui parce que du coup la ville est Guelfe (soutient le Pape) et ce saint homme va s'opposer à l'empereur Henri VII, qui lui est soutenu par les Gibelins. Le truc, c'est que Pise est gibeline ! Sus à l'ennemi donc. Mais comme dans tout parti qui se respecte, il y a des querelles internes. On voit donc d'un côté les Guelfes Blancs, l'axe des nobles, et de l'autre les Guelfes Noirs, regroupant le peuple, les marchands, les banquiers. Pendant qu'ils s'usent en querelles de clochers, les gibelins lucquois, archi-minoritaires, en profitent pour trahir la ville en s'alliant avec les pisans... (murmure horrifié dans la salle, svp). Les félons réussissent leur coup, en 1314 le tyran Uguccione della Faggiuola (avec un nom pareil, c'est un pisan)(oui y a de la discrimination par ici mdr) s'empare de la ville.

Il nomme à la tête de la cité Castruccio Castracani qui va sans tarder se faire nommer calife à la place du calife (je précise qu'il n'est pas petit)(au cas où assimilations ^^).

En bref, tout ceci va faire qu'une ville qui frappait sa propre monnaie, qui gérait tout le traffic commercial de la Route Franque, qui possédait un système de défense révolutionnaire pour l'époque, dont commerçants étaient hyper-réputés (notez les époux Arnolfini émigrés à Bruges et immortalisés par Van Eyck), dont les soieries décoraient les palais et églises de toute l'Europe, re-bref : Lucca va dégringoler pendant que Florence se développe, et pire que tout : elle va être achetée par Pise en 1342. Le comble de la honte.

Les pisans sont chassés en 1369 par l'empereur du St Empire Romain Germanique et la ville devient République. Je vous passe les détails, la République tiendra jusqu'en 1799 avec une parenthèse de 1400 à 1430  où elle sera sous la coupe de Paolo Guinigi.

Pendant la Réforme, elle fut un refuge pour les protestants et un pourcentage non négligeable de la ville se convertit. Du coup, pour pas se faire envahir par les Médicis, une réunion préliminaire au Concile de Trente y fut organisée. Mais bon, le Pape a beaucoup d'autorité et note que Lucca est une ville rebelle, en plus c'est très peace & love dans la ville, pas de mise à l'écart des protestants, tout ce petit monde s'entend et du coup peut comploter, donc faut surveiller tout ça et éviter qu'ils n'acquierent trop de pouvoir. En tout cas, jusqu'à l'ère Napoléonienne, RAS.

En 1799, Napoléon réussit à s'emparer de Lucca, non sans mal. De nombreux tombeaux étrusques, églises et palais furent pillés sans vergogne, allant alimenter le Louvre. Tssss....  

La province de Lucca est proclamée principauté et accordée en 1805 comme un paquet cadeau à Elisa, la soeur du Napoléon.

Ce n'est qu'en 1860 que la Lucchesia est intégrée au royaume d'Italie.

Aujourd'hui, c'est une province qui sait tirer parti de son passé tout en ayant une dynamique moderne.

 

Et les dictons populaires enseignent encore, des siècles après, qu' "è meglio aver un morte in casa che un pisano alla porta" (mieux vaut avoir un mort dans sa maison qu'un Pisan devant sa porte) Les rencontres sportives, quelque soit leur nature, entre les deux villes, se terminent comme un Metz-Nancy.  Et comme on dit que les Parisiens roulent mal (entre autres joyeusetés) et ben en Lucchesia c'est tout pareil pour les Pisans. Et c'est vrai en plus ! ;-)

 

 

La Torre Guinigi, au sommet de laquelle poussent des arbres centenaires. Mon endroit préféré de Lucca

La passaggiata delle Mura, promenade des remparts

 

 

"Perché ami cosi tanto Lucca?

Perché è un villagio.

Nonostante i marmi ne ha il cielo legero"

Mario Tobini

Publié dans Italia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Non non, le coup de la tenue infâmante c'était bien à Lucca dans une des petites églises. Pas à Pise. D'ailleurs à Pise, j'avais mis un tee-shirt, je crois pour éviter que ça n'arrive de nouveau...<br /> <br /> Quand je me dis que certaines étaient en mini-jupette, les fesses à moitié à l'air et que c'est moi qui prend pour un débardeur :s
Répondre
S
Ah tu as ptet raison ;-)<br /> Certaines c'est les hollandaises, mais en même temps, vu ce qu'on a vu aux Pays-Bas ça ne m'étonne pas ! Fallait que ça tombe sur toi, même pour les clopes c'est toujours toi qui prend ! Aurais-tu une poisse cosmique? :-D
A
Super intéressant... ça me donne bien envie d'y aller en tout cas du coup !
Répondre
S
Slogan publicitaire de la mort : tu ne seras pas déçu ;-)  Tant de choses à voir dans une seule ville, alors imagine l'ensemble de la province où l'art se retrouve à chaque coin de rue ; de plus, c'est moins agité que Florence, les touristes commencent à connaître mais sans que ça soit encore le grand rush.
V
J'espère avoir la chance de t'avoir comme guide à la prochaine fois que je vais en Italie
Répondre
S
Merci pour le compliment ! Suis chiante comme guide n'empêche  ^^
T
Trés intéréssant tu donne vraiment envie d'aller visiter cet endroit. Ce doit être trop beau. Puis aussi cet endroit a une histoire assez originale. 100 églises? lol 100 fois la messe?
Répondre
S
....et une sacrée armée de prêtres je suppose ! ;-) Il y en a moins de 100, mais sa réputation est faite !
M
J'ai découvert Lucca il ya deux ans en sillonant l'Italie, c'est une des bourgades qui m'a le plus frappé par sa beauté avec son marché aux antiquaires. Incomparable, Pise est beaucoup moins belle, on dirait que le temps s'y est arrêté. <br /> Un must en Toscane.<br /> <br /> A la revoyure !
Répondre
S
Suis contente, on va avoir un quota non négligeable d'amoureux de Lucca ici :-)<br /> C'est vrai, Pise est figée, et l'architecture moderne ne s'accorde pas du tout avec l'ancienne, ce qui n'est pas le cas de Lucca. Pour les antiquaires, si tu as l'occasion de revenir dans la région, ceux de Barga valent le détour ! <br /> Bises