L'illusionniste = laissez-vous hypnotiser....

Publié le par Stella

               Menu du vendredi soir : ciné ! Soirée depuis longtemps programmée avec ma cousine, maintes fois repoussée, on n'a pas vu passer les jours. Et comme deux bleues, on a raté Casino Royale. Bon, tant pis, on y va quand même, avec la ferme décision de ne pas se prendre la tête avec un truc psychologique (moi, surtout après m'être abreuvée de TF1 tout l'aprem), ni qui empêche de dormir. Attirées par Edward Norton, toujours parfait quel que soit le rôle, on choisit :

               C'est une adaptation de la nouvelle "Eisenheim l'Illusionniste", incluse dans le recueil Le Musée Barnum de Steven Millhauser, que j'ai l'intention de commander ce matin et dont je vous en dirais des nouvelles dès que lu. Ne vous faites pas d'illusions, je ne compte pas vous  résumer le film, mais je voudrais vous restituer un peu de sa magie, telle qu'elle m'est apparue.

              Esprits rationnels, frappez une fois euh déposez votre cartésianisme au vestiaire !

              Le début, un peu long, ce qui peut déconcerter, est narré à la manière d'un conte de fées et réalisé comme tel.  Un jeune garçon, magicien à ses heures, tombe amoureux d'une fille Sophie De Quelquechose donc qui n'est pas de son milieu (l'atemporel Roméo & Juliette). Le couple 'd'adulescents' est séparé.

             L'histoire et l'action commencent rééllement en 1900 à Vienne. La ville est alors un centre névralgique des arts en Europe ; apparaît sur ses scènes un illusioniste, Eisenheim, qui n'est autre que l'ado du début. Ses tours, inédits et spectaculaires, fascinent les viennois de toutes les couches sociales. Cet engouement pour l'irrationnel ne plait pas du tout au prince héritier, d'autant plus que sa fiancée est l'amour de jeunesse du magicien. Il lui colle aux basques un policier, chargé de trouver la vérité dans l'illusion et de détruire l'image et l'aura publique d'Eisenheim.

               Norton est PARFAIT, pire que d'habitude, son personnage est saisissant de vérité. Tous les personnages quels qu'ils soient, premiers rôles ou seconds couteaux jusqu'aux figurants, sont bons, mention spéciale au prince héritier, son regard froid et sa moustache frémissante de folie contenue.

               Le film restitue une atmosphère plutôt intime ; les couleurs des costumes d'époque sont accordées aux tons de la ville (Prague parce qu'elle correspond mieux à ce qu'était Vienne début XX°) : ocres, verts beiges. Tout semble être éclairé "à la bougie", le film oscille entre un clair-obscur pour les scènes à l'intérieur et une douce lumière du soleil pour l'extérieur ; on ne peut pratiquement jamais déterminer si ce sont les nuages qui diminuent l'intensité de l'astre ou si au contraire ce sont les rayons du soleil qui percent les nuages. Les ombres changent lorsqu'il s'agit de Einseinheim, il est comme nimbé dans une lumière surnaturelle mais chaleureuse, ou environné de ténèbres aux nuances de rouge. Lorsqu'il s'agit du prince héritier Léopold, au contraire, la palette tend plus sur les jaunes pour mieux souligner son teint verdâtre. Les effets spéciaux et les décors naturels comme intérieurs sont extras, chaque détail prend sa place.

               Au delà de l'histoire, le film pose la question (à moi il me l'a posée en tout cas) atemporelle des limites du possible entre le rationnel et l'irrationnel. Comment l'être irrationnel (incarné par Eisenheim) applique le réel sur sa vision des choses. Comment l'être rationnel (le policier) applique sa vision des choses sur le réel. Le choix du policier n'est pas anodin, à la base un flic vit de preuves et de calculs scientifiques, de tangible. Mais la magie l'attire. Le fil  entre les deux pôles caractériels qui se disputent en lui, l'homme et le policier, est ténu et se détruira. Le monde de l'invisible et du surréel l'attire mais en être rationnel par nature il tente de le tenir à distance en agissant pour discréditer l'illusionniste.

               Selon le point de vue soutenu, le monde n'est qu'une illusion ; la fin nous montre, pour paraphraser une série tv célèbre, que la vérité peut être ailleurs. Appartient-elle au monde du réel cette vérité? Ou à celui de l'illusion ? L'accroche du film est  : "Rien n'est tel que nous le voyons". On replonge dans la dernière phrase de mon sujet d'exam, avec le problème de la vision de l'objet qui est souvent distancée par un procédé de projection dans un miroir : on se réflète l'objet, le monde, mais on ne voit que ce qu'on veut bien y voir, le monde n'est pas forcément dans le miroir....

               Qu'ajouterais-je? Le final est un délice.... En plus, comme je bosse tout le week-end, faites moi plaisir, si vous avez le temps d'aller au ciné optez pour L'illusionniste, vous ne serez certainement pas déçus et on pourra débattre des qualités plastiques de la lumière sur les visages  :-p

EDIT DU 20 à 21h50 : Comme j'ai la "vexation facile" en ce moment et que j'ai tendance à me défendre quand je n'ai pas tort, pour vous prouver que non, je n'ai rien raconté du film - jeux de lumière mis à part, mais ça n'a rien à voir avec l'intrigue-, je vous conseille de lire le résumé que je viens de trouver, et vous verrez!! "Ils" donnent les grandes lignes, comme moi, et détaillent même plus ; il y a aussi le synopsis du dossier de presse, ce qu'on sait avant d'aller voir le film, vous verrez que vous n'en savez pas plus chez moi. J'ajouterais ceci, à comparer avec cela. La dernière partie de l'article n'est pas évoquée dans le film, ce n'est pas l'histoire mais ma réflexion personnelle ;-p ( ceci dit juste en passant, suis formée à la critique (littéraire mais c'est pareil hormis les termes techniques), hein....) Bon dimanche sous la flotte !!

Publié dans Stella's world

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Coucou Stella,
 Je suis enchanté de te savoir de retour dans la blogosphère. Il me semble que c'est bien toi qui m'a posé la question à laquelle j'ai répondu, non.
   Ces jours derniers, j'en reçois des courriels avec des questions et comme je suis un vrai gentleman, j'y réponds au fur et à mesure.
  Soit dit en passant, je n'ai pas encore commencé à faire la tête à Zézette. Pas maintenant.  J'attends d'abord qu'elle finisse ses travaux. Affaire à suivre donc.
 J'en viens à ta question de tout à l'heure pour te demander une précision: ton PC est doté de quel processeur : Intel (Celeron) ou Athlon (Sempron) ? 
 Tu n'as qu'à lire ce qui est marqué sur le profil. Cf mon billet d'aujourd'hui (lol).
 C'est en fonction de ta réponse que je donnerai quelques éléments de réponse.
 Une douce nuit à toi, ma chère Stella.
 Le vieux Jeannot
 
 
Répondre
S
Ciao Jeannot, je t'ai répondu par courriel, c'était plus simple, pi autant cacher mon ignorance crasse ;-D
Buona notte e sogni d'oro
ps : ok tu laisses planer le mystère autour du fait que tu ne causeras plus à Zézette, mais simple curiosité pratique = qu'est ce qu'il y a en janvier qui fait que tu ne fais la gueule à personne pendant de mois? c'est intéressant comme système ça !
Z
Ouai c'est vrai qu'il ne me cause plus... il tient parole le vieux Jeannot !! Mais je vais me faire pardonner bientôt... j'ai besoin qu'on rallonge les journées !!! Et les nuits aussi si possible !!! Comment faire ???? Bon je l'ai pas encore vu ce film !!!!!!!! Je crois que je vais changer de pote pour aller le voir... ça sera sans doute plus facile ! Y a vraiment des gens sur sui on ne peut pas compter... lol
Répondre
S
Lol allez les lillois, une bise en guise de calumet de la paix ;-p
Vrai, 24h c'est pas assez ! 48 ce serait l'idéal, et encore... Y a des films pas mal qui sont sortis ce mercredi.....En fait, le truc c'est d'avoir des amis radicalement différents, vais me démerder pour aller voir Blood Diamond avec Nico, après si les autres sont ok ça va sinon j'irais voir autre chose avec eux (dont le Blanche Neige entre filles ;-p) mais Ohemeg l'a en divx, y a peut-être moyen de s'arranger.....
V
j'essaierais d'y aller ce week end
Répondre
S
Tu m'en diras des nouvelles !J'suis deg, je voulais aller voir Blood Diamond vendredi soir, mais je reporte soit à samedi, soit au we prochain, à moins qu'on invente un système pour se téléporter du canapé à la voiture (avec chauffage svp) et de la voiture à la salle de ciné ;-p
J
Salut à toi, Stella
  J'ai bien reçu ton courriel et te remercie de ta confiance. Rassure-toi,  sur mon blog aussi, toutes les photos ont fichu le camp.
 Arme-toi d'un peu de patience d'autant que OB est en train de résoudre ces problèmes. Pense surtout à sauvegarder ton blog en suivant les astuces que je t'ai décrites dans Loi de Murphy 1/3, 2/3 et 3/3.
 Bises et à bientôt.
 Jeannot
 
Répondre
S
Ah zut, il doit y avoir un problème : ça n'est pas la question que je t'ai posée.....Donc à mon avis, tu n'as pas reçu mon mail et une autre Stella t'as posé cette question! Mais je suis l'uniqueuh !! ;-p
Bon, je te renvoie le courriel demain !
Bisous (ah donc tu ne me fais plus la gueule du coup ^^)
J
Salut à toi, Stella,
  Non pas du tout, je n'ai pas reçu ton courriel. J'ai donc de bonnes raisons de râler. A quelle adrese l'as-tu envoyé?  Le plus simple serait que tu me le renvoies à jeanoot@hotmail.
  Et aussitôt que je l'aurai, aussitôt je te répondrai. Dans l'attente,  je continue à te  faire la gueule et à  Zézette à qui je ne cause plus.
 Soit dit en passant,  ma petite Stella, les hommes modernes savent faire la gueule. La preuve (lol).
 Allez, je te laisse en espérant quand même que tu es au mieux de ta forme.
 Juste une toute, toute, toute, minuscule bise.
Le vieux Jeannot
Répondre
S
Zut, je te renvoie. C'est mon FAI qui a du merder dans l'envoi, tant pis je te renvoie via hotmail.
Mais euh ! Fais pas la gueule ! Les hommes modernes devraient éviter de faire la gueule, parce que déjà que les femmes modernes s'y collent, alors on s'en sortira plus ; et dans mon cas, tu n'as qu'à tout mettre sur le dos de la prétendue supériorité masculine en matière d'informatique, je te contredirais ok mais je verserais peut-être un peu dans la mauvaise foi ;-D
Pourquoi fais-tu la gueule à Zézette ? Faut vraiment que j'aille lire ce qui se trame mais suis trop naze....
Bises quand même mais contaminées héhé
La vieille Stella, éteinte en +