Un peu de lecture-évasion

Publié le par stella

 

      Par ces temps caniculaires, on « bulle » sous les ventilateurs, un verre d’eau à la main, on ne sait plus où se mettre ni que faire. Pour ne pas « buller » idiot, je vous conseille de lire. C’est rafraichissant finalement, on oublie, l’espace, le temps. Je voudrais vous faire partager mon coup de cœur pour  Stardust de Neil Gaiman. C’est de la fantasy mais de la bonne, pas de celle qui inonde le marché depuis le succès de l’adaptation du Seigneur des Anneaux de Tolkien et qu’on devrait inscrire dans le cadre de la contrefaçon malsaine (que font les douaniers ?!). Je sais que certains d’entre vous (je parle pour les lecteurs de ce blog que je connais personnellement) ne se sentent pas spécialement attirés par ce genre littéraire, mais qui sait peut-être que cet article vous donnera envie d’essayer ! Stardust c’est assez soft pour commencer c’est l’idéal je trouve, laissez vous porter …….tenter  ?

           Quelque part dans un coin forcément paumé et reculé d'Angleterre existe un petit village, Wall, perché sur un pic de granit au cœur d'une jolie forêt. Là, une fois tous les neuf ans, a lieu la foire des fées où les gens de Faërie (traduit Féerie, malheureusement, comme pour la plupart des œuvres de Tolkien alors que c’est pas la même chose grgrrrrr j’expliquerais une prochaine fois) se mêlent aux humains durant un jour et une nuit. C'est suite à cette foire que Dunstan Thorn fait l'amour avec une fée et se retrouve neuf mois plus tard papa d'un joli petit Tristan (le rapport avec Tristan et Yseult est évident : Thorn veut dire épine en anglais (merci le dico mdr) et on ne peut guère oublier le rosier qui lie les tombes des deux amants du Moyen Âge, il y aussi la symbolique des épines : un amour compliqué).

           Dix-huit ans passent. Comme son père avant lui, Tristan est un doux rêveur. Et l’histoire de Stardust commence avec une promesse absurde. Pour obtenir un baiser et la main de la plus belle fille du pays (une pouffiasse blonde), Tristan Thorne a promis de lui ramener l’étoile filante qu’ils ont aperçu ensemble un soir. Seulement , il lui faut aller la chercher au cœur du pays des fées qui s’étend dans la forêt au bord du village, derrière le mur (d’ou le nom du patelin : Wall ). Et là les ennuis commencent. Le pays des fées est un endroit que tout humain normalement constitué évite le plus possible. Trop bizarre pour les simples mortels… On a même posté des gardes à l’entrée du chemin qui y mène. Ils ont l’ordre de ne laisser passer personne dans un sens comme dans l’autre... Qu’à cela ne tienne ! Tristan est déterminé ! Pour l’amour de sa belle, le voilà parti chercher l’étoile. Seulement si les promesses se font à la légère, les aventures se vivent intensément… 
 
          Sous ses airs un peu simplets, Stardust est un petit bonheur de lecteur. Neil Gaiman se permet tous les délires et joue à fond la carte de l’absurde. Il a une écriture simple, mais attachante (on peut dire ça d’un style d’écriture ? je pense que oui en tout cas moi je le dis. Na !) bref, c’est avec un indicible plaisir que l’on retrouve le pays des fées de notre enfance avec ses méchantes sorcières et ses étoiles-elfes bien malheureuses d’être tombées du ciel. À la fois roman, récit initiatique, et conte de fées, Stardust ne fait que 229 pages (argument pour les rebelles à toute lecture).
Là je vous entends d’ici oui oui vous je vous connais bien  « oh là là encore un livre, ce coup-ci elle a failli nous avoir ! elle est folle c’est trop dodu ! » = ne hurlez pas c’est pas grand chose : les caractères d’imprimerie sont gros et ça se dévore sans faim !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Bonsoir Stella, merci pour le conseil du "même pas en rêve" ! je l'ai appliqué à la lettre ;-)) en ce moment, je lis un RPolicier de Rankin. Bien accrocheur. Je connais GAIMAN également grâce à AMERICAN GODS / SANDMAN et  CORALINE. @++
Répondre
G
Il m'a l'air intéressant ce bouquin! Faudra que tu me le prêtes ma ptite Stella :)
Il a l'air pas mal aussi ton bouquin Optimistique. Sachant que j'adore la seconde guerre mondiale (enfin je m'y intéresse énormément, c'est mieux de dire ça comme ça), j'aime lire les témoignages (plus que les bouquins théoriques)
Belles citations en tout cas!
Le journal d'Anne Frank, perso, j'ai trouvé ça bien, mais j'ai été déçue par rapport à ce qu'on en disait. J'ai toujours mon bouquin théorique sur l'extermination de la communauté gitane pendant la seconde guerre mondiale (Eh oui, ya pas que les juifs qui ont vécu cette guerre), c'est assez dure, et assez hallucinant.
Répondre
moi en ce moment je lis "une vie bouleversée" de Etty Hillesum:c'est un journal intime écrit de 1941 à 1943 date où l'auteur décède à Auschwitz...ce n'est pas un journal du type d'Anne Frank,mais c'est très bien écrit,elle aurait pu avoir 1 grande carrière littéraire si l'histoire ne serait pas devenu hinumaine...

petites citations:"On cherche le sens de cette vie,on se demande si elle en a encore un.Mais c'est une affaire à décider seul à seul avec Dieu."
"Mais une "heure de apix",ce n'est pas si simple.Cela s'apprend."
Répondre